AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la recherche de ... [PV ; Haichiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 23
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Mar 28 Aoû - 18:29


A la recherche de ...

Le Soleil, ce soleil encore présent partout dans l'académie et qui vous fait suer jusqu'à ce que vous n'ayez plus le choix de boire de l'eau pour vous réhydrater. Vous voyez c'est justement ce soleil que je déteste. Il devrait être là juste pour réchauffer un peu l'atmosphère et prendre la place des nuages non? Au lieu de ça il rend l'air irrespirable et tout pas dehors impossible. Après la très très brève discussion avec mon colocataire, j'étais restée sur le canapé, très peu touchée par le fait d'avoir blesser mon colocataire. D'ailleurs, je ne savais toujours pas comment il s’appelait et à vrai dire je m'en fichais. Malgré tout je n'arrivais pas à me concentrer sur mon livre, que je refermai d'ailleurs d'un geste sec. Je ne savais pas pourquoi, mais ce garçon m'avait plus touché que je ne le montrais. Je fronçai les sourcils, plutôt contrariée, je n'étais pas du genre à m'attendrir après avoir envoyer balader quelqu'un.

* Bon et j'fais quoi moi maintenant.*

Et voilà que maintenant j'avais la folle envie d'aller m'excuser. Mais où le trouver? Je soupirai, déjà lasse de savoir que je ne pourrai peut-être pas le croiser avant ce soir. Je fis une mine boudeuse et me demandai comment je pourrai faire pour le retrouver plus vite. Soudain une idée germa dans mon esprit, mais cette idée était plus que mal placée, mais que cela reste entre nous, je n'avais pas le choix. Je vérifiai une dernière fois que mon colocataire n'était pas dans les parages en passant la tête à travers la porte - pour voir si il n'était pas dans le couloir menant aux chambres-. Et je me décidai enfin à entrer dans sa chambre, pas par la porte non, peut-être qu'il serait capable de savoir si j'étais entrée. Après avoir fait un tour visuel de la pièce, je remarquai qu'il avait déjà ranger ses affaires. Je me mise alors à chercher un indice sur l'endroit où il pouvait être. C'est alors que je le vis dehors à travers la fenêtre. Que j'étais idiote des fois, j'aurai pu regarder à travers la porte vitrée du salon pour savoir si il était dehors, et non je m'étais déguisée en James Bond Girl pour essayer de trouver un indice qui n'existe même pas. Je sortit alors de la chambre de la même manière que j'étais entrée. Et je me retrouvai plantée là, au milieu du salon, l'esprit tiraillé entre deux choix. Je croisai les bras sous ma poitrine et parcourus la pièce du regard. Peut-être essayais-je de trouver un signe sur l'un des tableaux ornant les murs, mais rien. Ils semblaient tous me scruter et attendre la moindre de mes réactions.

Mes yeux prirent, pendant quelques secondes seulement, un grain de malice et je me précipitai vers la porte vitrée. Je ne vis personne, enfin personne qui ne m'intéressais vraiment et un soupire s'échappa de ma bouche. Je retournai alors à côté du canapé, pris le livre historique que j'avais commencer à lire et sortit du dortoir. Rien qu'en ouvrant la porte, une bouffée de chaleur me prit tout le corps et je dus résister contre l'envie de retourner dans ma chambre, là où la chaleur n'avait pas encore sut prendre place. Je me demandai toujours où mon colocataire était partit et un grognement se fit entendre à mes pieds. J'avais complètement oublié Luka, mon renard au poil blanc que je faisais passer pour un écureuil albinos pour qu'il soit accepter. Je le pris dans mes bras et lui caressai doucement la tête.


- Désolé de t'avoir oublié ptit père, mais dis moi, comment tu m'as retrouver hein?

Vous vous dîtes sûrement, elle est folle celle là elle parle à son animal de compagnie. Mais pour moi Luka n'était pas un simple animal non, il était mon meilleur ami et ce depuis la première fois que je l'ai vu. Je vous évites toute l'histoire de notre rencontre et je reposai Luka par terre. Je lui fis signe de me suivre et sortit du grand bâtiment qu'était le dortoir Ouest. C'était sûrement le plus grand de l'académie, parce que dans le Nord, les élèves étaient entassés les uns sur les autres, et dans l'Est, il y avait peu de professeur et de personnel d’entretien. Dès que j'eus sortit un pied en dehors du bâtiment, la chaleur se fit écrasante, et je me demandai comment faisait mon colocataire pour être dehors par une chaleur pareille. Un peu plus et je me liquéfiais sur place. Toujours le livre contre moi dans l'espoir de pouvoir le libre dans un coin d'ombre, je me dirigeai avec Luka vers le jardin de l'académie, l'immense coin de verdure qui était, après la bibliothèque bien sur, l'endroit le plus calme. Je trouvai un banc en dessous d'un saule pleureur, et m'assis là, le temps de bien avancer mon livre. Si ma première intention avait été de retrouver mon colocataire, j'étais maintenant bien décidée à terminer mon livre.

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya


Dernière édition par Eleanora A. Blake le Dim 11 Nov - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/

avatar

Messages : 36
Expérience : 28
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Age: 16 Ans
Nationalité: Japonaise
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Mer 29 Aoû - 9:24

Jardin ; Tentative ...

Il savait. Il n’avait pas fait bonne impression auprès de cette dernière. Il avait même réussi à se faire détester dès son premier jour. Il la voyait là pour la première fois et ce serait certainement la dernière fois. Dorénavant, il redeviendrait le fantôme qu’il était au naturel. Il avait cherché ce qui était trop haut. Être reconnu. Ce ne serait jamais le cas. Refermant délicatement la porte, il laissa un soupir glisser entre ses lèvres. Honteux de lui-même. Incapable de relever la tête après cette cuisante défaite. Silencieusement, traînassant les pieds dans le corridor, il prit la direction du seul endroit qui saurait le restaurer. Le Jardin.

Soudainement, alors qu’il mettait un premier pas sous le portique, un fardeau l’assomma. Comme si brutalement, le monde s’écrasait. La gravité l’aurait plaqué au sol qu’il aurait moins ressenti encore la brûlure du soleil. La chaleur semblait venir de partout et de nulle part. L’air, presque irrespirable, en était suffocant. Mais ce n’était qu’une petite souffrance en comparaison de la brutalité que la jeune femme avait pu avoir à son encontre. Il se fichait même de cet étau. Ainsi, savait-il que personne ne viendrait dans son domaine. La chaleur étouffait toute envie de sortir sous les morsures solaires et le nombre de pensionnaires était encore peu élevé en ce premier jour. Se déplaçant silencieusement d’une fleur à une autre, utilisant son pouvoir sur celles qui étaient fanées, il se mit en tête de redonner de la couleur à cette verdure mal entretenue. Ainsi, durant un long moment, parcourant les jardins défleuris, il arpenta les couloirs en silence.

Bientôt, ce fut son animal de compagnie, son colibri qui l’approcha. Se posant sur son épaule, ne cherchant pas un quelconque câlin, il comprenait le désenchantement de son ami et maître. Un regard complice remonta le moral de ce dernier. Il n’était pas encore totalement seul. Un fin sourire, légèrement teinté de sa tristesse, vint se dessiner sur le visage du jeune garçon. Finalement, lui offrant sa caresse sur le ventre, l’oiseau disparut de nouveau dans les mils feuillages qui peuplaient le jardin. Le silence revint sur le jeune homme. Tout ce qui l’entourait l’émerveillait mais ne le rendait pas plus joyeux. Non, il n’aurait pas su sourire après cette triste discussion où, ayant tenté d’offrir son amitié, il s’était vu, comme chaque année, être pris pour un gêneur. Il s’était tu avant de disparaître dans le Jardin.

C’est alors qu’il la vit. Assise sur un banc. Sous l’un des premiers saules pleureurs. Il ne pouvait l’éviter. Elle était sur son chemin du retour. Quoi qu’il fasse, elle le verrait. Soupirant dans son écharpe, pris d’une panique et d’un stress qu’il ne se connaissait pas, son esprit se mit à bouillonner en tous sens, cherchant vainement une solution pour ne plus subir une critique. Une seule lui vint. Médiocre. Exécrable. Il connaissait déjà le jugement de sa colocataire. S’abaissant, décrochant l’une des fleurs rosées dans le parterre, il s’approcha du banc et tendit la fleur à cette dernière. Longtemps, il attendit, le regard toujours baissé vers le sol, regardant le pied opposé du banc. Durant ce silence, il réfléchit à une explication qu’elle accepterait et finalement, il s’était tu. Mieux valait ne rien dire. Il subirait une critique ou l’autre de la part de celle-ci. Prostré devant elle, trop proche pour lui, il resta planté là, espérant que bientôt, son calvaire se terminerait. S'il désirait donner une explication, lui apprendre pourquoi une telle fleur et non une autre, il savait qu'elle préférait le silence. Elle lui avait tant répété qu'il lui était inutile de tenter encore une nouvelle fois celle-ci.

~~~~~~~~


Kit offert par Sanae A. Blake, ma Chouchou ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 23
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Mer 29 Aoû - 12:02

On dit souvent que lorsqu'on cherche quelque chose ou quelqu'un on ne le trouve pas, alors que lorsqu'on ne le cherche plus il vient à nous. C'est exactement ce qu'il sait passer dans mon cas, et pour la première fois de ma vie j'étais gênée de me retrouver là où j'étais. Les yeux toujours rivés sur le livre que je lisais, je ne l'avais pas vu venir au premier abord. L'ouvrage que je tenais dans ma main n'était pas très intéressant c'est vrai, mais il contenait tout un chapitre du programme de cette année, et j'aimai bien prendre de l'avance. J'étonnai toujours mes professeurs sur le fait que j'avais déjà pris connaissance de la leçon avant même qu'ils ne nous la font. Le seul bémol était que j'étais de plus en plus mes soit-disant camarades qui s'exaspérait de voir que j'étais toujours plus douée qu'eux, et modeste en plus.

Un petit sourire mesquin s'afficha sur mes lèvres à cette pensée et je relevai la tête de mon livre. Je regardai les fleurs du jardin, elles étaient magnifiques, quoi qu'un peu roussies par le soleil qui frappait de plus en plus fort à chaque fois qu'une minute passait. Les couleurs sautaient aux yeux et se mélangeaient entre elles dans une douce harmonie. Elles étaient vives mais tellement plaisantes que mon regard océan se perdit dedans, me coupant totalement du monde.

Malheureusement qui dit fleurs, dit insectes en tout genre et c'est à cause de ça que je ne venais pas souvent ici, sauf en hiver. Pourquoi en hiver? Simplement parce qu'il n'y a pas d'insecte quand la neige tombe. D'ailleurs celle-ci était abondante et recouvrait toutes les plantes présentes dans le jardin. Cet endroit devenait alors encore plus apaisant. Je sortis de mes pensées en voyant une fleur se dresser devant moi. C'était une fleur rosée, délicate, le genre de fleur qu'on avait peur d'abîmer en la cueillant . Je levai le regard vers la personne qui me la tendait, ayant une grande envie de l'envoyer balader. Je me figeai en voyant que la fleur venait de mon colocataire. Moi qui le cherchait tout à l'heure, le voilà maintenant devant moi, m'offrant une fleur, comme pour me demander pardon.

Je fus tirailler entre l'envie de la prendre, de lui dire un simple merci avec un sourire sincère, et l'envie de faire comme si il n'était pas là, ce que je faisais d'habitude avec quiconque s'approchait de moi à moins d'un mètre. Je n'étais pas habituée à tant d'attention sincère et dénuée de méchanceté. Je tendis la main dans l'intention de prendre la fleur, et me ravisai au dernier moment. Je me mordis la lèvre supérieure, signe de ma profonde réflexion et finis par prendre la fleur d'un geste vif. Je la portai à mon nez pour humer l'odeur qui en émanait. Un parfum doux et sucré monta jusqu'à mes narines et je soupirai de bien être. D'un coup, je relevai vite la tête vers mon colocataire et mes yeux se mirent à lancer des éclairs. Après l'avoir fusiller du regard pendant une minute, je baissai les armes et haussai des épaules.


- Je suis désolée, je n'ai pas vraiment l'habitude qu'on me porte autant d'attention.


Un bourdonnement se fit entendre à mes oreilles et mon visage prit une expression apeurée. Je ne savais pas si je devais m'enfuir en courant de cet endroit grouillant d'insecte ou garder mon calme quitte à me faire piquer par l'abeille me tournant autour. Je tournai lentement la tête pour voir qu'en effet, une abeille tourbillonnait non loin de moi. Vous devez vous dire, elle arrive à passer à travers les murs et les objets alors pourquoi ne pourrait-elle pas faire pareil avec les insectes? Simplement parce que mon pouvoir n'était pas encore assez développer pour que je puisse passer à travers les êtres vivants. Je louchai sur l'abeille au fur et à mesure qu'elle avançait vers moi. J'avais la fâcheuse habitude d'attirer les insectes, alors que j'en avais la phobie. Je m'étais toujours demandée pourquoi. J'entendis Luka grogner à côté de moi, il sentait que j'étais paniquée à l'idée que cette abeille m'approche. Un cri strident s'échappa alors de ma bouche et je me levai d'un bond, m'écartant le plus possible du banc où tournoyait l'abeille.

De légères rougeurs apparurent sur mon visage quand je me rendis compte de ce que je venais de faire devant mon colocataire. Colocataire dont je ne connaissais toujours pas le prénom par ailleurs. Je fronçai les sourcils et croisai les bras en dessous de ma poitrine.


- Bien sur je t'interdis de parler de ce qui vient de se passer à qui que ce soit, lui dis-je d'un air qui se voulait menaçant.

Même moi je n'étais pas convaincue par ce que je venais de dire alors comment mon colocataire pouvait-il l'être. Mon regard se baissa vers Luka qui grattait dans la terre sèche du jardin, je tapai du pied, signe qu'il devait tout de suite arrêter ce qu'il faisait. Il grogna un peu et revint vers moi la tête basse. Et mes yeux restèrent sur mon animal de compagnie, trop gênée pour regarder mon colocataire en face.

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/

avatar

Messages : 36
Expérience : 28
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Age: 16 Ans
Nationalité: Japonaise
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Mer 29 Aoû - 19:59

Jardin ; Complicité ...

Elle l’avait acceptée. Il était longtemps resté là, silencieux et droit. Seule sa main tremblait, signe de son stress. Alors qu’elle approchait ses doigts, il avait reculé les siens. Il refusait le contact physique. Trop timide. Incapable d’accepter ce dernier, il avait bien vite replié les bras sur son torse. En un mouvement, elle avait porté les pétales roses à son nez pour sentir l’odeur enivrante de la plante. Elle avait là comme une petite fille à qui une mère tendait pour la première fois une fleur. Elle avait sous une impulsion et il ne put s’empêcher de sourire timidement. Heureux que cette petite marque la fasse agir, il se cacha dans son écharpe. Il savait qu’elle n’aurait pas apprécié. Elle aurait vite fait de le rabrouer et cette ouverture, il ne voulait pas la gâcher. C’était peut-être là, sa dernière chance d’avoir une bonne relation avec cette dernière. Du moins, une entente qui permettrait que la vie soit tranquille au sein même de l’Académie.

    # Eleanora - Je suis désolée, je n'ai pas vraiment l'habitude qu'on me porte autant d'attention.


Il ne laissa pour réponse qu’un silence. Il hocha de la tête, retirant son écharpe de ses lèvres et montrer son faciès redevenu plus glacial. Du moins, n’avait-il plus ce sourire quasi charmeur où il avait remarqué le plaisir qu’elle avait pris. Elle avait certes jeté un regard électrique, de ceux où elle tuerait le monde sur son passage, mais elle avait abandonné. Elle avait haussé les épaules et avait déclaré cette courte phrase. Il avait un instant froncé les sourcils. Il les avait vite redressés pour ne pas montrer sa contrariété. Il ne comprenait pas. Mais il n’en dirait rien. En silence, il se promit de faire d’autres attentions de ce genre. Si elle avait su aimer la première, elle pourrait bien accepter les autres et ce, s’il gardait le silence.

Pourtant, il se demandait qui elle était. Plutôt mignonne, pour ne pas dire jolie, sa chevelure rose se démarquait de bien des autres. Et de cela, si certains s’en moquaient, il y trouvait, quant à lui, une ressemblance avec sa propre chevelure bleutée. Peu se promenaient avec ce type de cheveux si particuliers à certains. Mais surtout, ce qui le chagrinait, c’est qu’elle semblait seule. Et certainement cette solitude l’avait-elle rendue si acide avec autrui. Baissant son regard, attristé de constater que la solitude pouvait avoir différents effets. Si lui était devenu un être doux et posé, elle était devenue acide et brusque. Deux opposés. Deux aspects de la solitude.

Un cri le sortit de sa méditation. Sa colocataire au prénom toujours inconnu et à la chevelure rosée venait de prendre peur face à une abeille. Cette dernière tournait autour du banc bien après le soudain bond de la jeune femme. Il ne put retenir un petit sourire. Non pas moqueur, même si elle le prendrait certainement pour tel, mais seulement complice. Il la comprenait. Il n’était pas comme elle, bien évidemment. Il avait toujours vécu au milieu des insectes. Ils étaient ses amis. Eux aussi, il les comprenait. Peut-être même mieux que les êtres humains. Mais surtout, celui qu’il comprenait, c’était là son colibri. C’était son complice dans la vie de tous les jours. Son confident. Son ami. Son seul ami.


    # Eleanora - Bien sur je t'interdis de parler de ce qui vient de se passer à qui que ce soit.


Elle s’était montrée menaçante. Comme toujours. Pourtant, sa voix n’avait pas eu ce même ton cassant qu’elle avait pu lui offrir quelques moments plus tôt lorsqu’ils étaient dans leur Dortoir. Hochant pourtant la tête, un petit sourire amical sur son visage, il tendit sa main et plus précisément l’un de ses doigts où vint bientôt se poser son animal de compagnie. Sourire aux lèvres, accueillant avec plaisir Maverick, l’oiseau qui chassa, par sa présence, l’abeille, le jeune homme se tourna vers sa colocataire. Déposant l’animal sur son épaule, il prit enfin le temps de formuler une première phrase. Sa voix, toujours douce, gardait cette empreinte de sa tristesse et de sa peur de se voir être rabrouer une nouvelle et dernière fois.

    # Haichiro - Je te le promets. Sur le nom de ce petit animal. Maverick est mon seul ami.


S’asseyant sur le banc, laissant soigneusement la place prise auparavant par sa colocataire. Prenant le livre d’histoire dans ses mains pour le rendre à la jeune femme aux cheveux roses, il laissa transparaître un fin sourire timide. Dans ses yeux, restait cette étincelle pleine de malice. Celle de croire qu’il était accepté. Un faux espoir ? Une réelle perception ? Tendant le livre à cette dernière, il ne jeta qu’un court regard vers cette dernière avant d’observer le feuillage mourant de l’arbre. Y posant une main pour redorer sa verdure, son regard s’était illuminé d’une joie sans nom lorsqu’il vit l’arbre reprendre ses droits et ses couleurs face aux brûlures du soleil.

    # Haichiro - Je m’appelle Haichiro Hiyashi.


Tels furent les mots qu’il laissa pendre dans le silence. Ses joues, rougies par sa timidité, ne cachaient plus sa gêne. Ses yeux, eux, voyageaient à travers le paysage, cherchant seulement à s’éloigner du regard certainement courroucé de sa colocataire. Ses mains, quant à elles, se croisaient et se décroisaient sous la boule qui lui étreignait l’estomac.

~~~~~~~~


Kit offert par Sanae A. Blake, ma Chouchou ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 23
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Jeu 30 Aoû - 11:55

Pour la première fois de ma vie, quelqu'un d'autre que ma famille m'avait offert un cadeau, certes, ce n'était qu'une fleur, mais pour moi elle voulait dire beaucoup. Toujours la fleur rose dans ma main, je scrutai sans gênes mon colocataire. Même mes cheveux semblaient plus roses que la fleur, celle-ci était d'un rose pastel, tandis que mes cheveux semblaient d'une couleur plus vive, plus tape à l’œil. J'avais toujours voulu changer de couleur de cheveux mais pour une quelconque raison je n'avais jamais pu aller jusqu'au bout, peut-être parce que ma couleur de cheveux était la cause de mon caractère. Si je les changeai sûrement mon comportement changerait avec, et je n'en avais vraiment pas envie. Je reportai mon attention sur le garçon devant moi. Il me fit la promesse de ne rien dire sur ma petite phobie des insectes aux autres, et jura même sur son animal de compagnie que je rencontrai donc pour la première fois. Un petit colibri du nom de Maverick d'après ce qu'il me disait. L'abeille sembla effrayer par l'oiseau puisqu'elle s'en alla peu après qu'il s'était poser sur les doigts de mon colocataire. J'haussai un sourcil, puisque même Luka n'avait pas réussi à faire partir l'insecte dont j'avais eu peur quelques instants plus tôt.

La phobie des insectes, non mais quelle idiotie. Ma couverture venait de partir en fumant en même temps que ma dignité. J'avais toujours eu peur de ces petits êtres vivants volant, rampant etc.. Je les trouvais horriblement moches et de plus ils faisaient, pour la plupart, des bruits insupportables. Comme pour acquiescer à ce qu'il venait de dire, j'hochai un peu la tête et ne put que remarquer le sourire qu'il essayait pourtant de garder secret. Je fronçai les sourcils, plutôt mécontente de ce sourire. Pourquoi souriait-il? Avais-je l'air d'une idiote d'avoir eu peur d'une abeille. Après tout les petites bêtes ne mangeaient pas les grosses comme dirait ma mère. J'avais la nette impression qu'il se moquait de moi, et je n'appréciais pas du tout. Je croisai les bras et mon regard redevint glacial, à faire presque peur à n'importe qui. Je me retrouvai de nouveau dans ma petite bulle que je m'étais confectionner au fil des années. Ma petite bulle que personne ne pouvait percer à part si je le souhaitais.

Je regardai toujours fixement mon colocataire qui s'était maintenant assis à la même place que j'étais quelques instants plus tôt. Il prit le livre que j'avais laisser choir sur le banc et me le tendit, me faisant un petit sourire qui n'avait rien de moqueur malgré tout ce que je pouvais dire. Comme pour la fleur, je me rapprochai doucement tendant à mon tour mes doigts fins vers le livre, que j'attrapai cette fois doucement. Je le vis juste après se tourner vers le saule juste derrière le banc et poser une main sur ce dernier qui retrouva un feuillage vert comme si la chaleur ne l'avait jamais brûler. Mon colocataire sembla émerveiller par ce qu'il venait de faire et je du retenir une réplique sarcastique sortir de ma bouche. Entre nous, je n'aurais jamais pu imaginer qu'il avait le don de redonner vie aux plantes. A côté de ça, mon intangibilité semblait bien pathétique. Malgré tout, je restai très fière de mon pouvoir, car j'étais l'une des seules à l'avoir dans toute l'académie, et il pouvait s'avérer très utile dans certaines situations. Mon colocataire m'avoua ensuite qu'il s’appelait Haichiro Hiyashi. Tout ça ne sonnait pas vraiment bulgare. Je le toisai du regard pendant un moment et le silence se réinstalla encore nous. Je soupirai et m'installai sur le banc à mon tour sur le banc à une distance respectable de mon colocataire. A croire que mon grand père avait fait le tour du monde pour chercher des étudiants assez spéciaux. Hiyashi, ça avait tout l'air asiatique.

Je me mis à regarder Haichiro de plus près et me rendis très vite compte qu'il n'avait pas du tout l'air bulgare. Chez nous les hommes étaient plutôt baraqués, bruns aux yeux marrons alors que mon colocataire avait des cheveux bleus un peu foncé. Il me semblait même un peu frêle sous toutes ses couches de vêtements. Mon regard se durcit au fur et à mesure que je détaillai sans gêne mon colocataire. Pourquoi portait-il une écharpe? Il faisait au moins quarante degré à l'ombre et il portait une écharpe. Le pire, c'est qu'il ne semblait pas du tout avoir chaud puisqu'aucunes gouttes de sueurs ne perlaient sur son visage. Je plantai ensuite mes yeux bleus dans les siens, si les miens étaient clairs et limpides comme de l'eau de sources, les siens me semblaient plus foncés et ombrageux. Je secouai doucement la tête pour sortir de mes pensées.


- Je m'appelle Eleanora Blake. C'est bizarre que tu n'ai jamais entendu parler de moi.

Je laisse ma phrase en suspend, sous entendant plein de chose. Peu de gens ne me connaissait pas ici, pas que j'étais populaire comme toutes les filles qui se tartinaient le visage de maquillage, non j'étais plutôt craint. A vrai dire, dès ma première année à l'académie, j'avais fait fureur à cause de ma chevelure rose plutôt voyante et ça à été pire quand les étudiants de l'académie ont sut que j'étais la petite fille du directeur. Depuis je suis tout le temps toute seule, et ce n'est pas plus mal. Mes yeux bleus se reposèrent sur Haichiro et je me demandai si il était tout le temps tout seul aussi, et si c'était le cas je me demandai bien pourquoi. Il n'avait pas l'air méchant et hautain comme moi. Il semblait même du genre très sympathique, le style de mec à être très apprécier des autres. Je fis la moue, je cherchai quelque chose de pas trop idiot à dire, et qui ne ressemblerait pas à une pique, mais franchement je ne trouvais pas. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas eu une discussion avec une personne extérieure avec ma famille que je ne savais même plus quels mots je devais employés. Je fronçai les sourcils et me résignai à ne prononcer aucun mot peut-être qu'il finira par me dire quelque chose.

Je ne m'étais pas du tout attendu à ce qu'il fasse un pas vers moi tout à l'heure, normalement, après s'être fait envoyer balader une fois, les gens ne reviennent pas vers moi, ce qui est tout à fait logique je vous l'accorde. Mais lui était revenu, sans aucune rancœur envers moi et ça je ne pouvais pas le comprendre. J'étais toujours énervée contre quelqu'un, même quand celui ci ne me parlait pas. A vrai dire, j'étais un peu pathétique. Je levai ensuite le regard vers le ciel, mais le rebaissai bien vite, le soleil était bien trop éblouissant pour regarder le ciel plus de deux secondes. Je vis une boule de poil blanche sauter sur mes genoux et je caressais doucement la tête de Luka, attention patiemment que mon colocataire se remette à parler.

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya


Dernière édition par Sanae A. Blake le Sam 10 Nov - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/

avatar

Messages : 36
Expérience : 28
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Age: 16 Ans
Nationalité: Japonaise
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Jeu 30 Aoû - 15:06

Jardin ; Embarras ...

Le silence avait repris ses droits sur les deux académiciens. Tandis qu’il venait de se présenter d’une voix douce et toujours chevrotante, il avait continué d’être fasciné par le saule pleureur. Venant de soigner l’arbre brûlé par les rayons solaires et, comme il l’avait toujours fait, avait pris le temps de le guérir. Pourtant, il n’avait pas oublié la présence de la jeune femme. Elle existait encore et en silence, elle s’était assise, le livre à ses côtés. Il savait que bientôt, elle se présenterait à son tour.

Il avait remarqué le regard qui le scrutait. Il était resté silencieux devant ce regard qui, lui semblait-il, le prenait pour un monstre. Elle avait commencé à le détailler. Elle cherchait à davantage le définir encore. Et si ses joues en rougissaient, il ne se dérobait pas à ce moment. Cela devait arriver et, empli d’un nouveau stress, il craignait qu’une autre remarque vienne à l’abattre complètement. Pourtant, après un long silence, rien ne vint. Était-elle à court de ses phrases qu’elle semblait tant aimer pour se défendre ? Car, il en était certain, c’était là une protection qu’elle s’était faite. S’il ne s’était pas pressé de s’excuser, il n’aurait peut-être pas découvert ce qu’elle avait à cacher. Mais il hésitait. Pouvait-il seulement se permettre d’avancer davantage ? Il ne savait pas et n’aurait su le dire. Ainsi, s’il devait faire un nouveau pas, il attendrait qu’elle en fasse un de son côté.


    # Eleanora - Je m'appelle Eleanora Blake. C'est bizarre que tu n'ai jamais entendu parler de moi.


Blake ? Un instant, ce nom lui fut inconnu avant qu’il s’en souvienne. C’était celui du Directeur de l’Ecole. Son esprit lui montra cette image où il rencontrait l’homme pour la première fois. Sur son bureau, était inscrit son titre et son nom de famille. Et elle le portait aussi. Pourtant, son visage n’eut pas la réaction escomptée. Ce ne fut pas la surprise qui s’y marqua mais plus une profonde lassitude. Baissant la tête, ainsi que son bras toujours posé sur le feuillage verdâtre, il laissa un soupir glisser entre ses lèvres.

    # Haichiro - Désolé … Je ferai plus attention la prochaine fois.


Se levant pour se mettre face à elle, rouge d’une honte qu’il n’avait jamais connu, il découvrait pour la première fois la petite fille du Directeur. Il y avait eu quelques bruits de couloirs. Mais jamais il n’y avait fait attention. Il ne la connaissait pas et prêter foi en cela, c’était se faire un faux jugement. Pourtant, en cet instant, il regrettait. Il avait soudainement peur de son renvoi. Il se rendait compte que ne pas la connaître pouvait l’amener à une disgrâce de laquelle il ne pourrait se relever. Retourner chez lui, ce serait sa dernière déchéance. Il ne pourrait accepter cela. Se baissant bien bas devant cette dernière, le colibri venant se poser sur son dos, baissa la tête comme son ami et maître. Si pour certains, la situation pu paraître comique, et il fallait le dire, elle pouvait l’être sous quelques aspects, l’élémentaire tenait à réellement s’excuser auprès de cette dernière.

    # Haichiro - Désolé …


Au loin, un groupe d’étudiants se mit à murmurer quelques mots. Son oreille, peu habituée à ces distances, n’entendit pas les paroles. Fermant les yeux de sa propre rage. Rage qui était destinée à lui-même, serrant doucement les dents, il vint encore à murmurer quelques mots.

    # Haichiro - J’espère que je n’ai pas été … Indélicat …

~~~~~~~~


Kit offert par Sanae A. Blake, ma Chouchou ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 23
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Jeu 30 Aoû - 16:55

Un petit sourire narquois apparut sur mes lèvres quand je vis la tête que fit Haichiro à l'entente de mon nom de famille. Je me demandai encore comment cela se faisait-il qu'il n'avait toujours pas entendu parler de moi avec toutes ces rumeurs à mon sujet dans l'école. Bien qu'ils y en aient des flatteuses, comme celles qui disaient que j'étais l'une des plus belles filles de l'académie, d'autres me rabaissaient comme celle disant que j'avais besoin de mon grand père pour avoir des bonnes notes. Alors avec tout ça, comment a-t-il fait pour ne pas me reconnaître? Ce garçon était une énigme à lui entier et je me demandai bien ce qui se passait dans sa tête en ce moment précis. Je l'entendis soupirer, mais c'était plus un soupire de désespoir que de surprise, et je fronçai les sourcils. Il devrait être étonné de la révélation que je viens de lui faire et non être lasse. Je croisai les bras sous ma poitrine et recommençai à dévisager Haichiro sans gênes.

Je le vis se lever, se mettre devant moi et se baisser si bas que sa tête aurait pu toucher le sol. Le seul petit détail qui aurait pu me faire un tant soit peu rire, fut l'animal de compagnie de mon colocataire qui s'installa sur le dos de son maître et qui fit pareil que lui. J'entendis des murmures non loin de nous et je remarquais des élèves, nous épiant sûrement, il était si rare de me voir parler à quelqu'un, racontant je ne sais quoi sur Haichiro et moi. La colère monta d'un seul coup et mes yeux virèrent au gris anthracite en quelques instants. Je serrais si fort le livre dans ma main qu'il aurait pu se déchirer si je ne l'avais pas balancer par terre d'un geste rageur. Je n'avais pas besoin de ça. J'étais déjà assez mise à l'écart et j'avais bien assez de rumeurs sur le dos pour ne pas qu'il en rajoute un couche. Je savais que la rumeur comme quoi j'avais "un chevalier servant" ou bien même "un petit chien qui me suit partout où je vais". Je me retenais de crier toute la rage qu'il y avait à l’intérieur de moi. Non mais quelle idée de s'abaisser à un tel point. N'avait-il donc pas de dignité?

Je me levai d'un coup, la colère toujours marquer sur mon visage. Si il avait sut m'attendrir avec cette fleur, là on peut dire qu'il avait perdu tous les points qu'il avait gagné. Je soupirai pour extérioriser ma rage et toisai le garçon à mes pieds qui ne s'étaient toujours pas relever, sûrement attendait-il une réponse de ma part.


- Pour qui tu te prend là? Non mais tu te fous de ma gueule j'espère? Mais relèves bon dieu on dirait que tu viens d'un autre siècle là. Tu veux savoir ce qui est indélicat? C'est le fait que tu sois à moitié le nez par terre presque en train de me vénérer et tout ça pourquoi? Parce que je suis la petite fille du directeur?

Bien sur je lui avais quasiment cracher ses mots au visage, et la moitié de l'académie devait m'avoir entendu. Cependant j'étais bien trop énervée pour me rendre compte que je venais moi-même de créer une rumeur à mon sujet. Pour la première fois de ma vie je n'avais qu'une seule envie, m'enfuir loin de l'académie. C'était pourtant le seul foyer qu'il me restait. Je me fichai maintenant complètement de ce que pouvait penser mon colocataire à mon sujet, mais la rage contenu en moi m'aurait faire dire et faire n'importe quoi, bien que je sois contre la violence. J'avais vu mon animal de compagnie sursauter quand je m'étais mise à crier et je lui jetai un regard noir, signe qu'il devait se taire si il ne voulait pas finir enfermer dans ma chambre. J'entendis encore une fois les murmures des autres élèves et je leur lançai un "vous voulez ma photo" si agressif qu'ils partirent sans demander leur reste. Tout le monde savait qu'il ne valait mieux pas me chercher quand j'étais énervée. Mais puisque mon colocataire ne savait rien sur moi, il allait bientôt en faire les frais.

- Tu vas sûrement me détester après, mais j'm'en fiche. Je te trouve pitoyable à vrai dire. Non mais elle est passée où ta dignité? T'es un homme bon sang ! Un homme ne s'abaisse pas devant une femme !

J'avais continuer de crier, et je n'étais toujours pas calmer. Le visage rouge de colère, j'étais méconnaissable et rien ne pourrait me calmer à part moi-même. J'avais la malheureuse envie de lui sauter dessus et de l'étriper pour l'affront qu'il venait de me faire. Non mais un simple "désolé de ne pas t'avoir reconnu" m'aurait largement suffit, et puis même il avait même pas à s'excuser pour ça. Je me pinçai le nez, signe que j'avais du mal à me calmer et je reprit le livre que j'avais violemment envoyer sur le sol. Malheureusement je l'avais plutôt sacrément bien amoché et je me détestais pour ne pas avoir sut me canaliser. Grâce à ça j'aurai de quoi rendre des comptes à Grand-Père. Je le voyais déjà bien me faire une petite blague comme quoi je m'étais énervée contre un homme et ses sous-entendus me faisaient vomir à l'avance. Il croyait peut-être qu'en jouant la carte de l'humour il allait pouvoir avoir le vrai rôle de grand père pour moi, ce qu'il n'aura jamais. Je reportai mon attention sur Haichiro et un long soupire s'échappa de ma bouche. Je ne savais pas quoi dire ni quoi faire sans que ma main ne parte aller rendre une visite à sa joue qui me semblait déjà bien assez rouge de honte comme ça.

- Si des gens viennent te parler pour savoir une quelconque chose sur moi, dis leur que tu ne me connais pas d'accord? dis-je d'une voix froide

J'avais ralentit les décibels pour ne pas plus ameuter l'académie qu'elle ne l'était déjà et je croisai les bras sous ma poitrine. Je savais qu'au moindre mot prononcer de travers j'allais encore exploser.

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/

avatar

Messages : 36
Expérience : 28
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Age: 16 Ans
Nationalité: Japonaise
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Jeu 30 Aoû - 18:04

Jardin ; Anéantissement ...

Les mots avaient claqués. Abruptes. Sévères. La colère n’était même plus cachée. Elle venait d’exploser face à lui. Les mots, dans son esprit, venaient de le mettre à genoux. C’était comme s’il entendait son père lui apprendre qu’il n’était rien. Que ce n’était qu’un avorton. Qu’il n’avait rien à faire en ce monde. Ces souvenirs, ils le déchirèrent. Chaque année, il n’attendait que son retour à l’Académie pour y retrouver la quiétude. Oublier qu’il n’était rien. Mais son rêve, ce miroir qu’il aimait tant, venait de se briser. Voler en mil morceaux. Ce n’était pas tant que ce soit une femme qui en vienne à ses mots, sa mère étant une habituée de ce genre de commentaires acides, mais le fait qu’un Académicien lui hurle ces mots. Sans y attendre, alors qu’il avait tant cru s’être trouvé une personne, il venait d’être mis à genoux. Cette dernière phrase qu’elle lui avait jeté, c’était la lame qui doucement, tailladait sa nuque. Un frisson lui parcourut l’échine entière tandis que son esprit, lui, se répétait ces difficiles et brutales remarques. Elle venait de le lancer dans un canyon d’où il n’avait même pas l’envie de s’accrocher à une pierre.

Des larmes tombaient au sol. Il essayait de refouler ce sentiment. Ces craintes. Mais les souvenirs et les mots étaient là. Comme un feu qui s’alimentait lui-même. Son esprit se tourmentait et le seul moyen qu’il avait trouvé était de pleurer. Si son père l’avait vu. Il aurait encore ri. Un homme ne pleure pas, disait-il. Seules les femmes peuvent se le permettre. Mais les hommes sont forts et pleurer, c’est être faible. Lui, il n’avait jamais désiré être fort. Son seul souhait était d’en découvrir toujours davantage sur le monde. Son histoire. Mais elle venait de l’abattre. Quelques paroles crues, une voix éraillée par la colère, il n’était qu’une ombre. Se gardant de renifler, ne désirant pas être vu dans cet état qu’elle ne pourrait trouver que lamentable, il garda le silence, encaissant encore les paroles qu’elle venait de prononcer.

Sa dignité, il n’en avait jamais eu. Du moins, pas celui de ce mâle dominant. Il n’était pas chétif. Seulement discret. Plutôt doué en cours, personne ne le retenait. Jamais personne ne se doutait de ses notes et personne ne cherchait à les connaître. Même au sein de sa classe, il était invisible. Il n’était pas plus qu’un pion à qui l’on pouvait demander ce que l’on désirait. Dit naïf par sa trop grande gentillesse, il avait depuis longtemps perdu ce qu’ils appelaient la dignité …

Pour se relever, il s’était retourné en même temps. Il ne voulait pas montrer ses yeux brillants. Il ne voulait pas montrer que les mots qu’elle avait prononcé, ils venaient de l’achever. Plus que de le mettre à genoux, elle venait de le mettre à terre. Un coup de grâce aurait suffi pour l’anéantir complètement. De sa lame, elle n’aurait pas besoin de viser le cœur. Elle ne l’avait même pas atteint. Non, elle venait de l’assommer. De lui rappeler ce qu’il essayait d’oublier chaque année. Elle avait su annihiler les protections qu’il avait pris tant de temps à construire pour se protéger. Sa rudesse l’avait mis à terre.

Il savait qu’il ne lui restait plus qu’une chose à faire. Le Directeur. Il ne lui dirait pas la vérité. Du moins, il ne raconterait pas qu’il avait rencontré sa petite-fille. Il ne lui en voulait pas. Il s’en voulait seulement à lui-même. Il raconterait une autre histoire qui serait la vérité. Et il partirait. Personne ne remarquerait son absence. Où irait-il ? Il n’en savait rien. Il ne voulait pas le savoir. Il voulait seulement disparaître. Ses larmes séchant, il se mit doucement en marche, d’un pas traînant et abattu. Sa voix n’était qu’un murmure où tristesse et douceur se mêlaient, où souvenirs et blessures s’ouvraient. Lui, il partait. Elle n'avait pas à s'en faire. Déjà essayait-il d'oublier ...


    # Haichiro - Désolé …

~~~~~~~~


Kit offert par Sanae A. Blake, ma Chouchou ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 23
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Jeu 30 Aoû - 21:36

Pour la deuxième fois depuis que j'étais à l'académie de mon grand père j'avais laisser exploser ma fureur sans me contrôler. Je savais que j'avais blesser mon colocataire, mais je ne supportais pas qu'on me rajoute des problèmes alors que j'en avais déjà largement assez. Il ne se relevait pas, et j'avais l'impression de l'avoir battu. Je soufflai, la vision d'Haichiro par terre m'avait complètement calmée. Maintenant je m'en voulais. Je n'avais tout simplement pas le droit de traiter une personne comme je l'avais fait. Mais j'avais été si surprise que ma colère en avait été décuplée. Je ne savais pas comment je devais m’excuser et encore moins si je me devais de le faire. Je ne m'étais jamais excusée auparavant, sauf à mes parents. Je fis une petite moue et commença à me ronger les ongles. Je ne savais pas quoi faire et voir mon colocataire aussi repliés sur lui-même ne faisait qu'accentué ma honte. Je me laissai ensuite tombée sur le banc derrière moi, désemparée je ne savais vraiment plus quoi faire. Je me demandai ce qu'aurait fait ma mère dans ce cas de figure et je me mis à l'imaginer à ma place. Elle qui était tout mon contraire. J'avais toujours voulu lui ressembler, si douce, si gentille même avec les gens qu'elle n'aimait pas. Je vis Haichiro se lever et s'en aller sans un regard vers moi. Je savais qu'il pleurait, mais je ne savais pas quoi faire pour tarir ses larmes. Je me levai alors et le rattrapai alors qu'il était déjà loin. Je le pris par le bras et le tournais vers moi.

- Je ne penses pas que ça soit une bonne idée de te balader dans l'académie avec cette tête-là, lui dis-je doucement.

Il fallait que je me fasse pardonner, à tout prix et même si pour cela je devais mettre mon côté de caractère. Je plongeai mes yeux redevenu bleus océans dans ceux semblables de mon colocataire. J'approchai doucement ma main pâle pour le laisser se rendre compte que j'essayai d'établir un contact avec lui. Je la posai ensuite contre sa joue pour essuyer les larmes qui y coulaient encore. Je n'avais jamais été aussi douce avec quelqu'un auparavant et je devais avouer que c'était bien plus agréable que de cracher à la tête des gens. Cependant, je me jurais que mon colocataire serait la seule personne avec qui je serais comme ça. Il avait réussit à m'attendrir en moins de deux heures, et c'était un véritable changement pour moi. Je scrutai toujours Haichiro espérant lire quelque chose d'autre dans ses yeux que de la tristesse et de la douleur.

- Je suis désolée, je suis un peu gauche des fois.

Je lui fis un faible sourire, mais me sentant épié par les autres élèves de l'académie, je tirai Haichiro par le bras pour l'emmener en dessous du saule pleureur. Je n'avais pas spécialement envie que mon image de fille insensible tombe devant les autres, mais le fait de réconforter mon colocataire était plus fort. Mon cerveau avait donc fait un compromis entre les deux envies. J'avais peur de ce que pourrais me dire Haichiro, peut-être me détestait-il au point de ne pas vouloir me voir, même dans le dortoir. J'avais l'habitude d'être ignoré, mais de la part de mon colocataire, je crois que je ne le supporterais pas. Je fermai les yeux, mettant un peu de distance entre moi et mon colocataire. Cependant un horrible bourdonnement se fit entendre à mon oreille. Et en un malheureux concours de circonstance je me retrouvai dans les bras de mon colocataire. En réalité, je m'étais pris le pied dans une des racines du saule et j'étais tombée en avant, c'est à dire sur Haichiro. Je rougis, signe que j'étais gênée par la position dans laquelle nous étions. Je levai le regard vers lui et mon regard honteux fit place à un regard gênée.

- Je suis vraiment vraiment désolée, je te jure que je l'ai pas fait exprès, murmurais-je

Pour la première fois de ma vie je m'excusai envers quelqu'un. C'était si rare, et en plus je l'avais fais plusieurs fois. Je fronçai doucement les sourcils, tout en baissant la tête pour cacher les rougeurs apparentes sur mon visage. J'avais honte de moi même encore plus maintenant que je me retrouvais contre mon colocataire contre notre gré. Je n'avais cependant toujours pas changer de place, j'attendais que Haichiro dise quelque chose, de peur de faire un faux pas, encore une fois.

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/

avatar

Messages : 36
Expérience : 28
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Age: 16 Ans
Nationalité: Japonaise
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Jeu 30 Aoû - 23:13

Jardin ; Proximité ...

Son pas était lent. Celui d’un désespéré. Comme une âme errante déçue, il marchait la tête basse. Son pas, quant à lui, était traînant. D’un geste évasif, il avait chassé le colibri qui était retourné sur son épaule. Puis son bras était retombé. Las. Ses pleurs continuaient en silence tandis qu’il s’approchait doucement de la porte d’entrée. Son esprit s’était vidé. Ou du moins cherchait-il à n’être qu’un néant. Il avait ce sentiment que mil poignards s’enfonçaient en même temps et venaient lui rappeler ce qu’il avait désespérément cherché à tant oublier. Il avait échoué. Tout lui était revenu à la figure en seulement quelques minutes. Comme une tempête enragée, elle avait soufflé chaque barrière.

Un frisson lui parcourut. Une main s’était soudainement posée sur son bras. Sa marche, il l’avait arrêtée. Un pied se détachant à peine du sol quand cette même main lui fit faire un demi-tour. Là, il découvrait sa colocataire. Eleanora Blake. Petite fille du Directeur. Des cheveux roses. C’était là tout ce qu’il savait sur elle. Et s’il avait cru comprendre qu’elle avait mauvaise réputation, il n’en tenait pas compte. Mais sa colère, il l’avait ressentie. Elle l’avait mis à terre. Bientôt, après ce frisson de sentir qu’encore une fois, elle le touchait, il fut surpris de l’entendre plus douce.


    # Eleanora - Je ne penses pas que ça soit une bonne idée de te balader dans l'académie avec cette tête-là.


Pour la première fois, sa voix s’était réellement adoucie. Elle avait toujours eu cette empreinte agressive qu’elle venait de perdre. Comme si elle regrettait ce qu’elle avait pu dire. Il se laissait faire. Il glissa un petit sourire. Timide et triste. Il n’avait pas la force de lui dire quelques mots. Trop dépité. Son esprit errait encore. Et quand il remarqua qu’elle scrutait encore en lui, son regard chercha un autre point fixe. Quelque chose. Un ailleurs. Mais déjà, après quelques paroles où elle s’excusait, elle l’éloigna.

Son regard s’était posé sur leurs doigts qui se mêlaient. Ses joues étaient rouges de cette gêne de la sentir ainsi. C’était là la première fois qu’un contact s’établissait. Elle le tirait comme un vulgaire jouet et il n’y opposait aucune résistance. Il était en même temps fasciné et choqué. Toujours errant dans ses propres limbes. Mais lentement, ce contact physique l’en sortait. Comment devait-il le comprendre ? Comment devait-il même agir ? Et sans même comprendre comment il y arriva, il se retrouva l’échine contre le tronc du saule pleureur à la verdure retrouvée. Elle l’y avait presque bousculé. A la fois de son habituelle autorité et de cette douceur qu’elle venait de se trouver à son encontre, elle l’y avait envoyé.

Un nouveau bourdonnement s’était fait entendre. Un autre qui pourtant était si semblable au précédent. Comme si les abeilles étaient dérangées. Ou peut-être la Nature se faisait-elle complice et actrice de quelques actes. Ce nouveau vol avait créé une autre situation. Plus gênante encore que la précédente. Si le contact des doigts posés sur son bras ou de leurs doigts mêlés entre eux étaient déjà une épreuve en soit, celle-ci relevait de la compétition. Sa colocataire venait de prendre une nouvelle fois peur et dans sa débandade, avait trébuché sur l’une des racines pour se retrouver proche du jeune homme. Trop, même. Pourtant, il la retint. D’un geste instinctif, il l’avait entourée de ses bras pour la soutenir. En même temps, faisant balancier, il se retint à l’arbre.


    # Eleanora - Je suis vraiment vraiment désolée, je te jure que je l'ai pas fait exprès.


Elle venait de le murmurer. Joues rougies par la gêne et la honte de se retrouver ainsi contre lui, elle n’avait pas là, meilleure mine que son colocataire. Tentant de détendre l’atmosphère, il se permit un fin sourire complice. Juste le temps de lui faire comprendre qu’il ne lui en voulait toujours pas. Doucement, faisant glisser ses mains sur les bras pour prendre les mains de cette dernière et se remettre ainsi debout. De sa voix toujours douce et chevrotante par sa timidité accrue par cette nouvelle proximité, il prit finalement la parole. Pourtant, que devait-il dire. Devait-il se faire indifférent ? Compatissant sans être pris de pitié ? Optant pour un petit sourire, ayant toujours les mains de Eleanora dans les siennes, il se mit à murmurer quelques mots.

    # Haichiro - Je voulais pas te tenir ainsi. Vraiment pas.


Soudainement, il retira ses mains de celles de sa colocataire. Seulement remarquait-il qu’il avait gardé ce contact physique qu’il prenait tant soin à éviter. Il lui fit un sourire désolé, ressemblant davantage à une grimace qu’à un réel sourire. Sans l’avoir appelé, le colibri revint, se posant sur son épaule à nouveau. S’essayant encore à un sourire timide, il prit une nouvelle fois la parole pour détendre cette atmosphère. A la fois encore électrique, elle était emplie d’une gêne des deux côtés.

    # Haichiro - Je … Je suppose que je dois oublier ?


Baissant la tête, toujours rouge, il croisa ses doigts avant de s’éloigner légèrement se replaçant sur le banc pour reprendre le livre dans un sale état. Un petit soupir s’accompagna de la découverte du manuscrit qui venait de subir, lui aussi, la colère de sa lectrice. Pourtant, vint le temps d’un sourire. Finalement, malgré la carapace qu’elle avait et les tourments dans lesquels elle pouvait le jeter, il la découvrait plutôt agréable. Mais les mots qu’elle lui avait lancé, il s’en souvenait encore et un instant, son regard s’était empli de cette lumière triste.

~~~~~~~~


Kit offert par Sanae A. Blake, ma Chouchou ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 23
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Ven 31 Aoû - 13:41

La proximité avec une personne que je ne connaissais pas vraiment me gênait au plus haut point. Mes joues avaient pris une jolie teinte rouge qui me faisait ressembler à une tomate et qui rendait ma chevelure rose encore plus vive. Je n'avais pas osé croiser le regard de mon colocataire et mes yeux étaient restés bloqués sur son torse. Un frisson me parcourut de long en large quand je sentis ses mains descendre de mes bras pour aller sur mes mains. Il s'en aida pour se relever complètement puis après avoir dis qu'il ne voulait pas me prendre dans ses bras, il retira ses mains des miennes. Je relevai doucement la tête vers lui, le visage encore emplis de la honte que je ressentais en moi. Je le vis faire une sorte de grimace et je fronçai les sourcils. Il me détestait autant que ça pour être dégoûté du moindre contact physique avec moi.

Après ça ma honte s'envola entièrement pour laisser place à une incompréhension totale. Moi qui pensait que la plupart des étudiants masculins de l'académie rêvaient, ne serait-ce que de me parler. Mais j'oubliais un détail des plus importants ; mon colocataire n'était pas comme les autres et plus le temps avançait, plus je m'en rendais compte. J'avais du mal à le cerner, et je me dis dans un coin de ma tête qu'une petite visite dans les dossiers personnels des élèves ne me ferait pas de mal. Cette résolution prise, je dus me retenir de ne pas lancer une des mes remarques sarcastiques que j'avais en réserve pour masquer ma gêne. Mais cela ne servirait à rien, la couleur que mes joues avaient prises montraient bien que je n'étais pas habituée à me retrouver dans les bras d'un homme. Mais cette même couleur était présente sur les joues de mon colocataire et montrait bien qu'il avait la même gêne que moi. J'aurai penser qu'il se serait vite débarrasser de ce contact tout en s'éloignant le plus possible de moi. Mais il n'en fit rien, et après avoir prononcer quelques mots comme quoi il devinait qu'il devait oublier ce qu'il s'était passer il alla s’asseoir sur le bas en dessous du saule. Je fis une petite grimace en le voyant regarder l'état dans lequel j'avais mis le livre.

Je restai là, plantée comme un piquet à côté du tronc de l'arbre, ne sachant pas vraiment quoi répondre à la question de mon colocataire. D'un côté j'avais très envie de lui dire de tout oublier et de mettre une bonne distance entre lui et moi, mais de l’autre j'avais très envie de le connaître encore un peu plus et de découvrir pourquoi il était aussi renfermé. Peut-être que son dossier personnel m'aidera à en apprendre plus sur lui . Je sais c'est très mal mais j'avais toujours été de nature très curieuse, et mon entrée à l'académie n'avait fait que décuplé cet aspect de ma personnalité. La soif de connaissance ne se limitait pas aux livres mais s'étendait jusqu'aux personnes que je croisais dans les couloirs et dans les salles de classes. Un petit sourire en coin s'installa sur ma bouche quand je repensais à toutes les fois où j'avais fermer le clapet à certaines personnes en leur avouant des choses sur leur vie que même eux ignoraient. Je secouai la tête et m'assit à mon tour sur le banc tout en regardant Luka qui grattait encore dans la terre. Je tapais du pied, et quand il releva le museau vers moi, il comprit tout de suite que je n'avais pas la moindre envie qu'il continue à faire des trous dans le jardin de l'académie. De plus, plus il grattait la terre plus la poussière s'accumulait, la terre était très sèche. Après un silence plutôt tendu, je relevai la tête vers mon colocataire.


- Fais ce que tu veux, à vrai dire je m'en fous, lui dis-je d'un ton détaché.

Je n'avais pas envie qu'il pense que je voulais faire ami-ami avec lui. De plus, cela anéantirait ma réputation de fille insensible et je voulais rester comme j'étais. J'imagine très bien le buzz que ça ferait dans l'académie si quelqu'un apprenait que je m'entendais bien avec un homme. De un ce serait une rumeur en plus que je ne pourrait pas supporter, je serais donc toujours de mauvaise humeur, et de deux je me ferais aborder de plus en plus souvent et ce par n'importe qui. Alors j'ai envie de dire, non merci. J'étais très bien dans ma petite bulle avec seulement mon Luka capable de me percer à jour. A vrai dire, la seule personne qui pourrait l'ouvrir cette bulle c'était Grand-Père mais il était bien trop niais pour s'en rendre compte. Le jour où il arrêterait de me traiter comme une poupée de porcelaine, nous pourrons avoir une véritable relation Grand-Père - Petite Fille. Je tournai le regard vers la fleur qu'Haichiro m'avait offerte un peu plus tôt et vit qu'elle était en parfait état. Je la pris dans ma main et la huma une nouvelle fois. Le parfum doux et sucré de la fleur monta une nouvelle fois à mes narines , et je ne pus empêcher un faible sourire d’apparaître, le temps d'une seconde seulement, sur mon visage.

- Je te remercie encore une fois pour la fleur, ça me touche réellement, lui avouais-je sans pour autant lui adresser un regard

Je n'en pouvais plus de voir ce regard si emplis de tristesse à chaque fois que je tournai la tête vers lui et j'espérai que je n'étais pas la seule raison sinon, je m'en voudrais beaucoup. Bien qu'il arrivait souvent que je blesses quelques personnes, aucune n'avait agit comme mon colocataire et cela m'avait perturbé au plus au point.

- J'espère que tu me pardonneras de mes mots un peu trop crues de tout à l'heure

Puis, je me terrai à nouveau dans le silence, laissant la nature reprendre possession du vide qui régnait entre nous.

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/

avatar

Messages : 36
Expérience : 28
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Age: 16 Ans
Nationalité: Japonaise
Informations:

MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   Ven 31 Aoû - 14:26

Jardin ; Détachement ...

La phrase ne lui donnait aucune illusion. Il comprenait que trop bien qu’elle ne lui accordait aucun crédit. Aux yeux de la demoiselle, il n’était pas plus qu’un insecte à la seule différence qu’elle ne le fuyait pas. Mais c’était peut-être là la seule différence entre lui et l’abeille. Elle se fichait pertinemment de ce qu’il pouvait dire. Certainement devait-il oublier. Comme tout le reste. Sa tête s’était baissée vers le sol. La terre était brûlée par le Soleil. Un petit soupir glissa entre ses lèvres. Il devait oublier. Mais il ne pourrait pas. Il se connaissait. Cela resterait gravé. Comme une brûlure au fer rouge. Il en serait marqué. Il n’en dirait rien, comme elle le souhaitait.

Elle ne pouvait certainement pas le comprendre. Elle avait plus loin que quiconque. Non seulement, elle lui avait parlé. Mais un contact physique s’était créé. Il ne pouvait pas oublier. Il ne voulait pas oublier cet instant. Malgré la rudesse des mots, il avait découvert une clarté. Mais déjà, tout s’était achevé trop rapidement. Et déjà, devait-il abandonner ce qu’il aimait. Mais elle ne pourrait pas accepter cela. Trop rude, trop détachée, elle n’accepterait pas ce qu’il pensait d’elle. Son image. C’était là tout ce qui comptait. Elle ne pensait qu’au regard des autres. Il poussa encore un soupir. Un autre. Certainement le prendrait-elle pour des réponses d’ennui. Elle devait s’imaginer tellement.

Elle vint à le remercier une nouvelle fois pour la fleur offerte. Hochant la tête en signe d’assentiment, il vint à lui offrir son premier sourire amical où la tristesse n’était pas présente. Son regard gardait malgré tout cette tristesse. Ses souvenirs s’y marquaient. Jamais n’avait-il revu tant d’images de souffrance. Il découvrait son père, la main dressée au-dessus de lui, hurlant des insultes dans une cacophonie de pleurs.

Sans qu’il ne dise un mot, il vint poser ses doigts sur la tige en question, et d’un sourire, vint soigner le pétale brisé. Seul son regard habitué l’avait remarqué et d’un petit sourire timide et attristé, il se leva une fois qu’elle termina ses dernières excuses. D’une voix toujours aussi calme et posée, où nul animosité régnait, il prit finalement la parole une première fois depuis que l’électricité avait été remplacée par la gêne.


    # Haichiro - Tu as fait ce que tu devais … Et t’en fais pas, je chercherai pas à te nuire.


Un court sourire, il parlait bien sûr du contact physique. Non, il ne lui en voulait pas. Non, il ne chercherait pas à ce que la petite-fille du Directeur soit mise à mal. Il avait bien compris qu’il devrait s’en tenir à cette distance. Il vint à hausser les épaules pour reprendre la parole en douceur.

    # Haichiro - Merci pour cette rencontre.


Et comme si Maverick avait compris le souhait de son ami, il vint se poser sur la tête de la jeune fille pour y déposer son bec avant de revenir sur l’épaule de son seul et unique ami. Une petite caresse sur le ventre vint récompenser son geste ainsi qu’un petit sourire. Ils s’entendaient toujours à merveille.

    # Haichiro - Je suppose qu’il est temps que j’y aille …

THE END ~

~~~~~~~~


Kit offert par Sanae A. Blake, ma Chouchou ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A la recherche de ... [PV ; Haichiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche de ... [PV ; Haichiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aleksandar Académie :: Archives :: L'Académie Aleksandar :: Le Jardin-