AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #~ Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ♫ [Pv ; Haichiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 22
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: #~ Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ♫ [Pv ; Haichiro]   Sam 1 Sep - 18:33


Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ♫

Me balader dans la forêt avec Haichiro, c'était impossible à imaginer non? Tout en marchant à côté de lui, je me sentais petite, comme si toute ma fierté s'était envolée au moment où je lui avais demandé si il voulait bien venir avec mon dans la forêt. Je l'aimais bien Haichiro, il avait ce petit côté mystérieux qui me poussait à le connaître un peu plus. Ce matin, je m'étais levée avec la ferme intention d'aller pique niquer dans les bois, et après m'être préparé, j'avais croisé mon colocataire dans notre dortoir. A peine j'eus le temps de dire "ouf" que je lui avais déjà demandé si il acceptait de passer du temps avec moi. J'avais été contente qu'il accepte même si je ne lui avais pas montré. J'étais donc aller chercher quelques petits trucs à manger dans la cuisine de l'académie - être la petite fille du directeur, ça à du bon des fois- et je me retrouvai donc là, dans le silence le plus complet, Haichiro à mes côtés. J'aimais la forêt, c'était toujours un endroit plein de surprises, de plus c'était calme, reposant, et le bruit de la rivière qui coule au long donnait un air presque magique à ce bois. Un fin sourire était affiché sur mon visage, donnant un air joyeux à celui-ci, air joyeux que personne d'autre que mon colocataire ou Grand-Père n'avait jamais vu d'ailleurs. Luka nous suivait bien qu'il essayait plus d'attraper Maverick, le colibri d'Haichiro, plus qu'autre chose. Le pire c'est qu'il croyait que je ne le voyais pas, ce n'est pas parce qu'il est derrière moi que je ne sais pas quand il fait des bêtises.

- Luka, recrache tout de suite Maverick tu veux?


J'entendis mon animal de compagnie grogner et il fit ce que je lui avais demander. Je n'osais pas me retourner pour voir dans quel état était le colibri de mon colocataire, j'espérai qu'il ne soit pas trop amoché à vrai dire. Je donnai un petit coup de pied à Luka, mécontente de ce qu'il venait de faire, on dirait que je ne lui avais appris aucune bonnes manières. Me concentrant sur mon renard albinos, je n'avais pas vu l'arbre devant moi, ce qui aurait pu être une catastrophe pour mon nez aquilin si je n'avais pas pu passer au travers. Je soupirai, encore plus énervée par Luka qui m'avait distraite. Je risquai un petit coup d'oeil vers mon colocataire, pour voir si il avait vu le "presque accident" et s'il se moquait de moi. Il m'avait plutôt l'air super concentré sur ses chaussures que sur moi, et un petit sourire moqueur prit place sur mon visage. J'avais eu peur de couper toute communication avec lui après l'épisode "jardin" et j'étais bien contente de voir qu'il était assez mature pour être passer à autre chose sans m'en avoir tenu compte.

Peu à peu, je me rendais compte que je m'attachai à lui, il m'avait touché plus profondément que je le pensais et j'avais peur que quelqu'un s'en serve contre moi. Beaucoup de gens voulaient ma peau dans l'académie - j’avoue que je le mérite pour quelques personnes- et j'avais la mauvaise impression qu'il y en a qui allait s'en prendre à Haichiro s'ils apprenaient que je l'aimais bien. Après tout, j'étais toujours toute seule à l'académie, et voir quelqu'un avec moi allait donner des mauvaises idées aux mauvaises personnes. C'était la principale raison pour laquelle je ne voulais pas m'afficher publiquement avec mon colocataire. Je me pinçai la lèvre supérieure, signe que j'étais dans une profonde réflexion. Cependant, je n'avais pas envie que le garçon aux cheveux bleutés pensent que j'avais honte de lui, et que mon image prônait avant notre presque-amité. J'avais au dessus de moi la protection de Grand Père, mais mon colocataire lui n'avait personne, et de par son caractère il était une cible assez facile. Je chassai ses idées de ma tête en la secouant, faisant par la même occasion virevolter mes cheveux roses dans toutes les sens.

J'avais l'envie de commencer une discussion car ce silence, au début apaisant, devenait malheureusement de plus en plus pesant. Cependant, je ne savais pas par où commencer, et la possibilité de passer pour une fille sans intérêt empêchait tout mot de sortir de ma bouche. Je fronçai les sourcils, et changeai le panier en osier,où le repas du midi était rangé -kitsch je sais-, de main. Je ne savais pas si Haichiro était le genre de garçon qui cachait bien son jeu et qui mangeait tout ce qui se trouvait sur la table. J'avais déjà fait l'expérience avec mon père, il était assez mince, et avec tout ce qu'il mangeait on aurait put se demander où passaient tous les calories qu'il engloutissait à chaque repas. Bref, du coup j'avais pris beaucoup plus qu'il n'en fallait, et le panier pesait un sacré poids. Je tournai le regard vers mon colocataire, il était plus grand que moi, une bonne tête au moins et il me semblait totalement en harmonie avec la nature. Pour une fois je n'avais pas spécialement hâte que les cours recommencent, j'allais de nouveau passer tout mon temps à la bibliothèque et je passerai donc moins de temps avec Haichiro. Je soupirai, lasse de voir que tout n'irait jamais bien dans ma vie. Je fronçai les sourcils en voyant Luka monter dans un arbre pour aller chasser d'autres oiseaux en tout genre. Je le laissai faire, après tout il avait oublié l'idée de manger le colibri de mon colocataire, et je trouvai que ce n'était pas plus mal. Je vis le pelage blanc de mon animal partir dans bois. Je posai le regard sur Haichiro et je ne pus empêcher mon bras libre de passer en dessous du sien. Je lui fis un petit sourire comme excuse tout en rougissant un peu. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas été aussi paisible et cette petite trêve me faisait du bien.


- Dis moi Haichiro, je peux te poser une question?


Sachant qu'il allait répondre positivement, je continuai sur ma lancé, bien décider à percer le garçon à jour.

-Comment ça se fait que tu sois toujours tout seul?, dis-je d'une voix douce, presque rassurante.

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya


Dernière édition par Eleanora A. Blake le Dim 11 Nov - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/

avatar

Messages : 36
Expérience : 28
Date d'inscription : 24/08/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Age: 16 Ans
Nationalité: Japonaise
Informations:

MessageSujet: Re: #~ Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ♫ [Pv ; Haichiro]   Sam 1 Sep - 23:40

Forêt ; Intimité ...

Mils arbres peuplaient la Forêt. Là, c’étaient les longs troncs fins des conifères. Par ici, l’on découvrait quelques arbres aux racines qui s’enfonçaient dans les profondeurs avant de revenir sous la forme d’un bras pour plonger de nouveau. Quelques champignons naissaient aux pieds des imposants maîtres des bois. Parfois, des touches de couleurs apparaissaient, fruit des multitudes de fleurs qui pouvaient prendre forme dans les horizons. Au loin, s’entendait le doux son de la rivière qui s’écoulait. Tout comme les hauteurs offraient la mélodie des oiseaux qui chantonnaient un hymne à la beauté qu’offrait ce paradis terrestre. Jamais il ne s’était imaginé qu’un jour, il serait en sa compagnie. Pourtant, c’était bel et bien le cas. Portant un regard en biais, il s’assurait encore qu’il n’hallucinait pas. Elle marchait à côté de lui.

Sa surprise avait été immense. Alors qu’il sortait de sa chambre pour se rendre dans la salle de bain, le temps d’une courte douche, elle l’avait arrêté de sa voix autoritaire. Il avait frissonné de la savoir là, derrière lui, et la proposition l’avait surpris. Il avait pensé passer sa journée aux Jardins, à profiter de la beauté et du silence qui environnait les lieux. Elle avait changé son horaire et sa journée de seulement quelques mots. Et après cet instant où son échine s’était raidie, son cœur s’était libéré d’un poids. Il avait aussitôt hoché de la tête à sa requête. Elle souhaitait passer son temps avec ce dernier. Pourtant, il avait vite remarqué qu’elle n’avait pas eu de réelles réactions. Elle était partie peu de temps après sans un moindre sourire. Une heure après, étaient-ils partis en direction de la forêt. Evidemment pour soigner la réputation de sa colocataire, il était parti un peu après elle. Sans éveiller un soupçon.

Il était habillé comme à l’accoutumée. Ce n’était pas un rendez-vous au sens que des amis auraient pu l’entendre. Non, ce n’était seulement qu’une sortie imprévue. Ainsi, portait-il son habituelle écharpe bleue autour du cou. Un pull de cette même couleur ornait son torse et son bras tandis qu’un pantalon aux multiples poches formait le reste de son costume du jour. Maverick, son colibri, volait aux alentours pourchassé par l’animal de sa compagne. Ils ne s’étaient jamais questionnés sur ceux-ci. Peut-être était-ce comme un pacte secret. Chacun connaissait l’existence de celui de son colocataire et cela suffisait.

Bientôt le silence qui s’était instauré entre eux fut rompu par cette dernière. Une première parole qu’elle ne lui adressait pas. Mais plutôt à son animal. Luka. Qui, après une poursuite qui avait duré plus d’une dizaine de minutes, s’était offert le luxe d’attraper le colibri entre ses deux. Elle tapa du pied, comme elle le faisait toujours pour le réprimander, avait remarqué Haichiro. C’était là un rappel à l’ordre, lui montrer qui était le maître entre les deux. Lui montrer ce qui lui était permis ainsi qu’interdit. Bientôt, le petit animal volant vint se poser sur l’épaule de son ami et, se séchant, se refit au même instant le plumage. Un autre regard de travers pour observer l’état de son oiseau lui fit comprendre que ce n’était qu’un jeu entre les deux. Jamais le compagnon de Sanae n’avait eu l’intention de le manger. Au grand soulagement du garçon à la chevelure bleutée.

Pourtant, bientôt, il fut surpris de découvrir le pouvoir de sa belle partenaire. En effet, alors qu’il s’attendait à un choc avec l’arbre qu’elle n’avait pas vu et que lui-même n’avait remarqué qu’à l’instant où elle devait subir le frontal, qu’elle traversa dans son intégralité le dit-arbre. Bientôt, il croisa un instant le regard de cette dernière mais préféra garder pour lui une remarque. Il ne voulait pas briser leur entente qu’il pensait encore fragile. Gardant le silence, concentré sur ses chaussures, il se questionnait encore. Non pas sur ce qu’il venait d’observer mais davantage sur sa relation avec la fille aux cheveux roses.

Eleanora. Il s’y était attaché. C’était la première fille dont il s’approchait autant. Non seulement elle lui avait laissé une chance mais aussi lui avait-elle offert le luxe d’une sortie loin de son Jardin ou de la Bibliothèque. Mais qu’était-il au final pour elle ? Il ne devait être qu’une gêne. Un poltron qu’elle sortait comme un simple chien. Pourtant, elle ne s’affichait pas avec lui. Et si elle lui dédiait un sourire, ils ne duraient qu’un court instant. Il ne savait ce qu’il était à ses yeux. Il n’était pas un chien. Autrement se promènerait-elle en sa compagnie dans les couloirs de l’Académie. Que du contraire, elle cherchait l’intimité. Comme si elle éprouvait une honte de se trouver en sa présence. Ou peut-être était-elle attachée à son image mais désirait s’attacher à lui. Tant d’hypothèses s’entrechoquaient dans son esprit. Et dire qu’elle était la petite fille du Directeur. Quel serait le regard des autres s’ils apprenaient qu’elle éprouvait un quelconque sentiment pour un rat comme lui ? Et lui, comment les autres le verraient ? Surtout les garçons. Après tout, elle ne devait pas en laisser beaucoup d’insensibles dans son sillage. Et maintenant, il se trouvait là, en sa compagnie au milieu de la Forêt. Seuls. Beaucoup l’auraient envié. Pourtant il ne le cherchait pas. Il ne le voulait pas.

Il fut sorti de ses méditations lorsqu’il sentit le bras de cette dernière glisser entre le sien et son corps. Elle lui offrit un regard d’excuse auquel il se détourna bien vite. Gêné, les joues rougies par ce soudain contact, il ne chercha pas à se libérer de cette dernière. Dans un sens, il appréciait de la sentir de nouveau si proche de lui. Elle était, après tout, la seule qu’il aurait aimé sentir le contact physique. Et si les premiers furent instinctifs et parfois involontaires, celui-ci était recherché. Et bientôt vint le moment où elle lui parla à nouveau. Une nouvelle fois, elle l’interpellait. Elle cherchait encore à entrer en contact avec lui. Gêné qu’elle puisse s’intéresser à lui, il n’eut pas le temps de prononcer quelques mots qu’elle reprenait déjà. La question le perturbait. Il ne s’attendait nullement à une telle question et finalement, après s’être adapté au rythme de la marche, prononça quelques premiers mots d’une voix posée et douce. Il n’y avait aucun signe de la peur ou d’une crainte et si elle tremblait légèrement, c’était par timidité.


    # Haichiro - Personne ne s’intéresse à moi et je ne suis pas intéressant. Et si quelqu’un vient vers moi, c’est qu’il attend quelque chose. Voilà …


Un court regard vers sa colocataire avant de le baisser, attristé de ses propres constatations. Il était définitivement seul et si elle ne parlait d’elle, c’est qu’elle ne se considérait pas dans son entourage. Ses joues rougies de honte, il reprit d’une voix plus triste qu’elle ne l’était auparavant.

    # Haichiro - Pourquoi une fille comme toi, tu traînes avec moi ? Tu as tout pour réussir … Et tu es là …


Il baissa la tête ainsi que sa voix dans ses derniers mots. Il finissait même par murmurer. Le colibri sur son épaule vint à s’envoler, sachant que son ami préférait être plus seul avec celle qu’il passait sa journée. Un petit chant vint l’accompagner, lui prouvant la présence cachée non loin, de son compagnon à vie. Relevant doucement sa tête, il offrit un triste sourire, qui semblait être une grimace tant elle déformait les joues de ce dernier.

    # Haichiro - Désolé d’ennuyer ta journée …

~~~~~~~~


Kit offert par Sanae A. Blake, ma Chouchou ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiante en Droit

avatar

Messages : 242
Expérience : 119
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 22
Localisation : Bibliothèque
Spécialité : Droit

Feuille de personnage
Age: 15 Ans
Nationalité: Bulgare
Informations:

MessageSujet: Re: #~ Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ♫ [Pv ; Haichiro]   Dim 2 Sep - 17:11

Un simple contact physique, si simple et beaucoup si gênant à la fois. J'avais décidé de laisser mon regard sur mes pieds plutôt que sur mon colocataire. Je fus contente qu'il ne s'empresse pas de retirer son bras, et nous continuâmes de marcher comme ça, moi accroché à son bras. Je n'avais pas besoin de le regarder pour savoir qu'il était surpris de la question que je lui posais, et à vrai dire c'était tout à fait normal. Je fus rassurée de voir qu'il ne s'était pas braqué et qu'il me répondait calmement, bien que sa voix était un peu hésitante. Je fronçai les sourcils tout en tournant mon visage vers lui quand il m'expliqua qu'il n'était pas intéressant et que si quelqu'un venait vers lui c'était par intérêt. Je me demandai si il ne pensait pas ça de moi également. A vrai dire, excepter le fait qu'il soit mon colocataire nous n'avions rien en commun. Personnellement, je savais l'avis que j'avais sur lui, mais Haichiro l'ignorait complètement, et il était tout à fait plausible qu'il n'est pas confiance en moi. Mon regard océan retomba sur mes chaussures tandis que mon pied traversai une racine d'arbre que je n'avais pas vu, des fois, mon pouvoir avait du bon. J'étais déçue que la seule personne que j'appréciais un tant soit peu puisse penser que je me servais d'elle à des fins pas très honnêtes. Je soupirai, je n'étais donc pas fait pour avoir des amis, je le savais depuis longtemps bien sur, mais les paroles d'Haichiro n'avaient fait que de confirmer ce fait.

Sa voix changea, de même que toutes les impressions que j'avais sur mon colocataire. Il avait prononcé ses paroles d'une voix faible, presque lointaine. Je me mordis l’intérieure de la joue, me demandant ce que je pouvais bien lui répondre. J'avais juste l'envie de lui sauter à la gorge et de l'étriper. Je n'aimais pas ce qu'il venait de dire, il pensait sûrement que cela me flatterait ou quelque chose dans le genre, mais ses paroles me révoltaient. Il était donc pareil que tous les autres, à se fier à l’apparence. Oui parce qu'en apparence j'étais parfaite, mais quiconque me connaissant même de loin, savait que j'étais loin de l'être. Il sous-entendait également qu'il n'était qu'un moins que rien et que je ne devais pas lui parler. Cela me donnait le bon rôle, mais je n'en voulais pas, pas dans ces conditions là en tout cas. Je fronçai les sourcils, plutôt très contrariée.


- Une fille comme moi, tu veux dire le genre de fille riche et sans cervelles qui ne pensent qu'à leur propre apparence? Je te pensais bien plus futé que ça.

Ma voix s'était faite plus sèche qu’auparavant, synonyme de mon agacement. Cependant, je ne pouvais pas lui dire que si je m'intéressais à lui c'était pour apprendre à le connaître. Non il me prendrait sûrement pour une fille fausse, je ne lui avais jamais laisser espérer une seule seconde que je pouvais l'apprécier. Je me mordais la lèvre supérieure, qui était maintenant ensanglantée, et je replongeai dans ma si profonde réflexion. Il s'excusa encore une fois, je ne les comptais plus à vrai dire. Il était comme ça, à toujours s'excuser pour un rien, même si il n'en avait aucunement besoin. Je le scrutai du regard pendant quelques secondes où le silence avait repris ses droits dans la forêt. J'aurai voulu lui crier dessus que si j'étais avec lui c'était parce que je le voulais et non pour avoir un quelconque service de sa part. Pour ça, j'aurai put trouver n'importe quel pigeon assez idiot pour ne pas s'en rendre compte. Haichiro n'était pas comme ça, je le savais et lui aussi alors pourquoi s'obstinait-il à penser que j'avais un mauvais fond? Sûrement parce que c'était ce que je lui avais montré la première fois que l'on s'était rencontré.

Je ne prit même pas la peine de lui répondre sur le moment, bien trop concentré à l'observer pour qu'un quelconque son ne sorte de ma bouche. J'étais fâchée et je m'étais arrêtée pour pouvoir le regarder en face sans prendre le risque de retraverser un autre arbre. Puis peu à peu un doute s'immisçait dans mon esprit, et si tout simplement il ne m'appréciait pas? Une petite voix dans ma tête me disait que si c'était le cas il n'aurait jamais accepter venir avec moi. Cette fameuse petite voix n'avait pas tort, mais toutes ces paroles, tous ces regards qui contenait tant de ressentiment par rapport à moi. Mes yeux se voilèrent à cette pensée, moi qui avait toujours penser, que si je faisais un peu d'effort avec quelqu'un, il m'apprécierai tout de suite, je m'étais bien trompée. J'étais bien trop orgueilleuse et fière de moi pour m'en rendre compte avant. J'étais égoïste, j'avais entraîner Haichiro avec moi dans cette forêt, je l'avais forcé à rester avec moi, sentir mon bras autour du sien, alors qu'en faite il ne m'appréciait pas. Je tournai le regard, retirai mon bras du sien et continuai à avancer lentement. Je n'avais jamais été du genre à montrer mes sentiments devant les autres comme ça, mais mon ego venait d'en prendre un sacré coup, et j'en étais encore toute retournée.


- Ne t'excuse pas, après tout c'est moi qui te fais subir ma présence alors que tu n'en as pas la moindre envie.

Il n'allait pas comprendre tout de suite que je savais qu'il ne m'appréciait pas, à prêt tout, j'étais pleine d'assurance et je pensais que tout le monde était à mes pieds. C'était loin d'être le cas et mon petit château de cartes s'écroulait. Ces cartes que j'avais mis si longtemps à empiler les unes sur les autres, ces cartes qui étaient chacune un de mes traits de caractère, tout venait de partir en éclat. Puis, je me tournai vers Haichiro tout en affichant à mon tour un sourire qui essayait tant bien que mal de caché à quel point j'étais retournée.

- Tu sais, je t'apprécie vraiment, et je ne te dis pas ça pour que tu me rendes un service. Non c'est sincère, mais je crois que tu ne me considéreras jamais comme une amie. Après tout, je ne suis pas faite pour en avoir...

~~~~~~~~
Rps avec ; HaichiroDamyan&ErinNeroDamyan [évent] Évent 1-2 Cours de Freya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aleksandar-academie.forumactif.org/


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #~ Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ♫ [Pv ; Haichiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

#~ Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ♫ [Pv ; Haichiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aleksandar Académie :: Les Alentours de l'Académie :: La Forêt-